Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2011

La Loi des Mages - tome 1

La Loi des Mages - tome 1

 

Drôle d'objet littéraire que ce roman en deux volets. Hors normes, il l'est non seulement par rapport à la fantasy traditionnelle, mais aussi dans l'oeuvre elle-même des Oldie. Hommage à la littérature russe du premier quart du XXe siècle, La Loi des Mages invoque les manes d'Alexandre Kouprine, mais aussi des auteurs symbolistes tels Valéri Brioussov ou Zenaïda Hippius.couverture-25125-oldie-henry-lion-la-loi-des-mages-1.jpg

Ils sont deux, une Dame de Carreau et un Valet de Pique. Deux mages, qui ont connu le bagne et la déportation pour avoir pratiqué leur art dans une Russie qui rappelle celle du XIXe siècle, et qui l’interdit. Libérés pour bonne conduite, ils sont assignés à résidence dans un village perdu. Mais lorsque les circonstances les obligent à fuir en compagnie de deux improbables apprentis, ils découvrent que les parties dangereuses qui peuvent les conduire à la mort se jouent sur deux tables bien différentes. Il y a d’abord cet officier du corps « Barbares », chargé de traquer les leurs et qui semble avoir ses propres raisons pour croiser régulièrement leur chemin. Et il y a les Mages eux-mêmes, dont la loi peut s’avérer aussi rigide et aussi mortelle à ceux qui cherchent à sortir de l’ornière…

 

Traduction de Viktoriya et Patrice Lajoye

Publié en 2011 aux éditions Mnémos

 

Ils en ont parlé:

"Aussi le bilan de ce premier tome est-il très largement positif: La Loi des mages fait mouche, séduit par son caractère atypique, son ambiance époustouflante, sa plume très travaillée et d'une poésie toute personnelle. De toute évidence, nous ne sommes pas là en présence d'un roman de fantasy comme les autres et c'est tant mieux."

Bertrand Bonnet dans Bifrost n°65, 2012

"Mais plus que ça, c'est le style, très particulier qui installe le climat à travers une sorte de kaléidoscope. En effet certaines parties sont racontées par les héros et d'autres à la troisième personne. C'est un peu déroutant au début, mais très vite ce qui paraissait flou au départ gagne en épaisseur au fur et à mesure de la succession des différentes narrations. On est littéralement en immersion dans ce monde et les impressions viennent de partout."

David Claes dans Galaxies n°16, 2012

"Du coup, au-delà d'une histoire qu'on a plaisir à suivre, La loi des mages a un je ne sais quoi de dépaysant... et d'attachant.
Ce roman, singulier et pourtant à deux mains, comblera les amateurs de lectures exotiques et fantastiques. A découvrir en attendant le tome suivant."

Laurent pour Atemporel.com

"On pourra voir dans La Loi des mages un chef d'oeuvre de poésie, un formidable tableau parabolique d'une Russie bucolique et d'un peuple de Roms voyageant par monts et par vaux. On pourra également trouver que ce roman traîne en longueur et que les personnages et l'intrigue sont tellement éloignés de notre quotidien que l'histoire en devient nébuleuse et vaguement compréhensible. Il se situe peut-être à la croisée de ces deux chemins où chacun saura y trouver son intérêt. C'est à n'en pas douter un étrange objet littéraire, loin des productions habituelles qu'il faut découvrir pour lire autre chose et autrement."

Manu B. pour Scifi-Universe

"Je ne sais pas vraiment si je peux conseiller ce livre : le liront ceux qui sont sensibles à ce type de littérature (je ne pense pas qu’aimer le fantastique suffise pour aimer le « fantastique russe »). Mais toujours est-il que je suis persuadée que ce premier tome en annonce un deuxième palpitant.."

Unwalkers

"La Loi des mages se lit d'une traite dans un état second. Il est donc à déconseiller à toute personne qui ne saurait pas se mettre dans ce genre d’état. Mais quel plaisir pour les happy few."

Gromovar sur "Quoi de neuf sur ma pile?"

"Le roman d'Henry Lion Oldie propose une fantasy très à part, évitant les canons du genre pour mieux nous perdre dans ses paysages glacials. Et même si la fin est assez confuse, La loi des Mages n'en demeure pas moins une histoire originale et intimiste avec sa plume qui essaye d'être le plus proche possible des personnages, rendant cette histoire de mage incroyablement humaine."

Stegg pour Psychovision

"L’intrigue bien construite et la recherche profonde et passionnée de l’état d’esprit russe sont bien présentes et font de ce roman une vraie découverte , mais il reste peu accessible. Le mieux est l’ennemi du bien. Il ne reste qu’à espérer que le tome 2 apportera des éclaircissements bienvenus à ce monde en pleine mutation et au potentiel indéniable."

Belgarion pour Elbakin

Pour acheter ce livre...

Trilogie "La Voie de l'épée"

La Voie de l'épée

 

Kabir, Meilan, Shoulma. Trois volumes, donc, pour ce qui ne constitue finalement qu'un seul gros roman. Kabirvignette.gif

L'émirat de Kabir, avec à sa tête le débonnaire Daoud Abu-Salim, est au coeur d'un vaste empire, un empire remarquable par sa stabilité: depuis des siècles, nul meurtre, nul crime n'y a été commis. Il faut dire que l'empire ne connaît plus aucun ennemi extérieur, et que sa population est habituée depuis longtemps à inculquer aux enfants, dès la naissance, le respect de la vie humaine. Pourtant les armes abondent: elles y sont même prestigieuses, et on se les transmet au sein des familles de siècle en siècle. Les duels aussi, sont nombreux, ainsi que les tournois. Mais les blessures y sont extrêmement rares: une discipline de fer fait que l'on contrôle ses coups. Ces duels sont d'ailleurs renommés « discussions ». Ainsi, les humains, hommes ou femmes, semblent avoir érigé l'escrime au rang d'art de vivre.meilanvignette.gif

Reprenons.

L'émirat de Kabir, avec à tête le yatagan Shèshez Abu-Salim, est au coeur d'un vaste empire, un empire remarquable par sa stabilité: depuis des siècles, nul meurtre, nul crime n'y a été commis. Il faut dire que l'empire ne connaît plus aucun ennemi extérieur, et que sa population est habituée depuis longtemps à inculquer aux suppléments, dès leur naissance, le respect de la vie. Et pourtant les duels abondent, ainsi que les tournois. Mais les blessures y sont extrêmement rares: une discipline de fer fait que l'on contrôle les coups de ses suppléments. « Il est idiot d'abimer un supplément ». Ces duels sont d'ailleurs renommés « discussions ». Ainsi, les étincelants semblent avoir érigé l'escrime au rang d'art de vivre.Shoulmavignette.gif

Tel est le postulat des Oldie dans cette curieuse trilogie: les humains sont persuadés de contrôler leurs armes, alors que les armes, nommées « étincelants », dotées d'une âme, sont persuadées de contrôler leurs suppléments humains. Les deux sociétés coexistent ainsi sans le savoir, sans se rendre compte que tout s'y mène en parallèle: lorsque deux humains discutent, leurs armes tiennent la même conversation.

L'émirat de Kabir est un havre de paix, et il en est ainsi jusqu'à ce que lors d'un tournoi, un étranger réussisse à trancher la main de Chen Ankor, supplément de l'épée Dan Guien, la plus fine lame de l'empire. Cet étranger fait partie d'un groupe d'anciens prisonniers capturés par des nomades, et venus avertir l'empire que ces peuples sauvages ne tarderont plus à se lancer à l'assaut de cette proie aisée, incapable de se défendre tant la violence lui répugne.

Secrètement, ces anciens prisonniers tentent de restaurer le goût du meurtre dans cette société qui l'a oubliée depuis des siècles. Et c'est Chen Ankor / Dan Guien, qui va se lancer à leur recherche, puis tenter de stopper Shoulma, la horde nomade. Mais sa mutilation, de la main droite, n'en fait plus un combattant. Qu'a cela ne tienne, n'ayant plus rien à perdre, il accepte, sur le conseil du bouffon de l'émir, de se faire poser par un étrange forgeron une main de fer, ancien gantelet d'armure d'un antique héros de l'émirat. Ce geste désespéré se transformera en miracle: non seulement la main finira pas s'animer, mais elle permettra de plus le contact entre Chen Ankor et Dan Guien. L'humain fera la connaissance de son épée et l'étincelant fera la connaissance de son supplément.


Traduction de Pavel Zakharov

Publiée en 2007-2008 par les éditions Keruss (Canada)


Ils en ont parlé:

"J'ai été fort agréable surpris. On est à des lieues des stéréotypes mille fois rebattus que l’on trouve habituellement dans ce genre. Bien sûr un empire est menacé par des hordes de barbares (et là c’est un peu cliché) mais le traitement diffère de la plupart des séries (et là c’est agréable). […] Le lecteur est emporté loin, dans un imaginaire qui lui parle. Forcément. Et l’on est loin, très loin de la Fantasy habituelle trop marquée par les tropes anglo-saxons. L’œuvre est dense, les chevauchées et les batailles superbes, ce pourrait donc (juste) être de la Fantasy bien écrite. Pourtant la slavitude (rien à voir avec le fétichisme de l’esclavage, mais c’est l’attitude slave) des auteurs ne doit pas être pour rien dans les développements philosophiques et psychologiques qui nous font réfléchir sur la violence dans la société. Peut-on vivre sans violence ?"

Les Peuples du Soleil

"Une histoire originale dans son traité [...]. Un ovni, intrigant et intéressant à lire."

Miss Mopi

 

Pour acheter ces livres...

Les Parias du 8e commandement

Les Parias du 8 commandement

 

Nous sommes dans le sud de la Pologne, en Galicie, au XVIIe siècle. Au sein d'une mosaïque de peuples slaves - Slovaques, Polonais, Ruthènes -, et non-slaves - Hongrois, Tziganes -, qui se mêlent dans les piémonts des Carpathes. Samuel le Turc est un homme étrange, isolé en marge d'un petit village. Il élève seul des enfants qui ne sont pas les siens. Mais tous partagent la même particularité: ils sont capables de dérober des fragments d'esprit, des pensées, des souvenirs. Ni bons, ni mauvais, ils sont simplement libres de leurs actions, leur don ne leur servant le plus souvent qu'à acquérir une bonne place dans la société. Leur seule consigne, laissée par Samuel, leur père adoptif, ne jamais se frotter au diable, ce qu'ils ne manqueront bien évidemment pas de faire, bien involontairement. Préfigurant La Loi des mages, Les Parias du 8e commandement offrent une belle ôde à la liberté.pariasvignette.gif

 

Traduction d'André Cabaret

Publié en 2007 par les éditions Keruss (Canada)

 

Pour acheter ce livre...